Ce que l’école ne m’a jamais appris (et c’est bien dommage !)


Share this :   | | | |

Ma vie d'illustratrice : ce que l'école ne m'a jamais appris - Cliquez pour découvrir l'article

 

Cette année, cela fait déjà 14 ans que j’ai quitté les bancs de l’école (mon dieu cela ne me rajeunit pas du tout !), et je suis toujours aussi reconnaissante d’avoir bénéficié d’une formation aussi riche et instructive qui m’a permit d’acquérir un savoir-faire et de nombreuses connaissances indispensables aujourd’hui dans mon quotidien d’illustratrice.
 
Mon école, L’E.C.V. de Bordeaux, m’a appris à sortir de ma zone de confort, notamment en me permettant de tester tous les outils de dessin possibles, de dessiner en plein air ou dans des musées, ce qui pour l’introvertie que je suis était une véritable petite torture (mais très bénéfique !).
 
J’y ai littéralement appris à me servir d’un ordinateur, car oui oui à 20 ans, l’oléronaise campagnarde que j’étais ne savait même pas ouvrir un explorateur de fichiers ou lire le contenu d’une clé USB (véridique !). Puis en 4 ans, j’ai appris à me servir de tous les logiciels indispensables dans la vie d’une entrepreneuse créative : Photoshop, Illustrator, mais aussi Premiere, After Effects, Dreamveaver, Flash (aujourd’hui obsolète), 3ds max, etc.Bref en quelques années je suis passée du statut de « nulle en informatique » à véritable nerd ! J’assume totalement ! 🙂
 
L’école m’a également appris à ouvrir mon esprit à l’art sous toutes ses formes et à développer mon sens artistique. Et pour tout cela, merci papa, merci maman !
 
Oui mais voilà, aussi précieuses et utiles que soient toutes ses connaissances, au quotidien, ma vie d’illustratrice n’est pas faite que de créations. Au contraire, je dirais que la partie création au sens propre du terme ne représente que 30 % de mon temps.
 
Mais alors comment j’occupe mes journées les 70% de temps restant dans ce cas ? Lis ce qui suit pour le découvrir…
 
 
Voici la liste des choses que l’école ne m’ a pas appris :

L’école ne m’a jamais appris à définir ma cible

L’école ne m’a jamais appris à définir ma cible. En fait, pendant pas mal de temps, je ne comprenais même pas ce qu’on appelait une cible. Tout ce que je savais, c’est que j’aimais dessiner, et que je voulais en faire mon métier.
 
Mais je n’avais aucune idée de comment mon style d’illustration pouvait s’appliquer à des projets réels. Je me souviens à l’époque où je cherchais un agent, l’un d’entre eux (je ne me souviens plus qui mais je crois que c’était Virginie ou Marie Bastille) m’avait expliqué qu’elle aimait bien mon travail, mais qu’elle ne voyait pas comment l’appliquer dans des commandes réelles, ni quels clients pourraient être intéressés par mon style. Ces conseils m’ont permis de me poser les bonnes questions afin de me positionner et d’éclaircir mes intentions.
 
 

L’école ne m’a jamais appris à être plus visible sur le net

L’école ne m’a jamais appris comment rendre mon site plus visible dans les résultats des moteurs de recherche ni comment sortir de la masse. Certes j’ai eu quelques cours pour apprendre à coder en html sur Dreamweaver et en Flash ce qui m’a permis de créer mon premier portfolio. En revanche je n’ai jamais appris à référencer mon site efficacement pour arriver dans les premières pages de résultats de Google.
 
À ce moment-là, Instagram n’existait pas et Facebook en était à ses balbutiements, mais il y avait d’autres techniques pour faire ressortir son site dans les résultats Google que j’aurais aimé connaître et mettre en application dès le début de mon activité d’illustratrice. Pour qu’un illustrateur ou une illustratrice reçoive des commandes, bien sûr il ou elle doit avoir du talent et continuer sans cesse de se renouveler, mais avant toute chose, il faut qu’on puisse trouver son travail sur le net.
 
C’est simple, pour trouver l’illustrateur-trice qui pourrait convenir à leur nouveau projet, la plupart des clients-tes font leurs recherches sur le net. C’est ici que tout commence et tout se joue ! En surfant sur le net, ils doivent voir apparaître notre portfolio dans les premiers résultats. Et s’il est en première page c’est encore mieux !
 
Lorsque j’ai commencé à travailler en tant qu’illustratrice, j’ai vite été confronté à ce problème de visibilité comme tous les bébé-freelances. Malheureusement, j’ai dû apprendre tout cela par moi-même et j’ai perdu beaucoup de temps. À la longue, j’ai appris que travailler mon référencement et ma visibilité était essentiel pour développer mon activité et obtenir plus de contrats.
 

Ma vie d'illustratrice : ce que l'école ne m'a jamais appris - Cliquez pour découvrir l'article
 

L’école ne m’a jamais appris à démarcher les clients

L’école ne m’a jamais appris à trouver des clients ni à les démarcher et c’est vraiment dommage car c’est une partie super importante de tous métier d’entreprenariat !!! Lorsque je me suis lancée, l’idée de contacter directement les clients me terrifiait. J’étais super intimidée et j’avais peur de les déranger ou de paraître intrusive.
 
J’ai évité le démarchage pendant un long moment car je ne me sentais pas à la hauteur et j’avais tendance à me dévaloriser. Par ailleurs, je n’avais aucune stratégie pour rentrer en contact avec mes clients potentiels, et je me sentais totalement démunie. Mais le plus compliqué dans tout cela, c’est que je n’avais aucune idée de la façon de trouver les coordonnées des clients qui me faisaient rêver.
 
Le moins que l’on puisse dire c’est que je ne suis pas née avec le sens des affaires, et l’idée de « me vendre » me dépassait totalement. Avec le temps, j’ai appris à moins me sous-estimer et à me considérer d’égal à égal avec mes clients.
 
Maintenant je sais que pour faire prospérer mon activité d’illustratrice, mettre en place une stratégie de démarchage et de suivi avec ses clients est crucial et qu’il est possible de promouvoir ses services en restant authentique et humain.
 
 

L’école ne m’a jamais appris à être professionnelle

L’école ne m’a jamais appris à être professionnelle avec mes clients. Bien sûr en cours nous avions des deadlines à respecter et des projets à rendre en temps et en heure (que j’avais toujours tendance à terminer à la dernière minute d’ailleurs et vous ?), mais le travail avec un client est tellement plus complexe que cela !
 
L’école ne m’a pas appris à acquérir la confiance d’un client ni comment le satisfaire pleinement. En bref, l’école m’a simplement appris à être scolaire.
 
Et pourtant c’est bien avec des êtres humains que nous travaillons tous les jours, et comme nous tous, pour qu’un projet se déroule sous les meilleurs auspices nos clients ont besoin de se sentir écoutés et apaisés.
 
Maintenant, je sais qu’un client comblé est souvent prédisposé non seulement à me redonner du travail, mais également à devenir un très bon porte-parole. Et d’après moi, il n’existe pas de meilleure stratégie marketing au monde qu’un client qui vante les louanges de mon travail. C’est pourquoi j’ai mis en place une stratégie afin d’anticiper les questions des mes clients et rendre leur expérience exceptionnelle.
 
 

L’école ne m’a jamais appris à diversifier mes revenus

L’école ne m’a jamais appris à diversifier mes revenus. Et en fait, les professeurs ne m’ont jamais expliqué que, comme tous métiers de service, le métier d’illustration “à la commande” avait ses limites.
 
En effet, à priori, le plafond financier annuel d’un illustrateur qui ne répond qu’à des commandes de clients dépend du nombre d’illustrations qu’il est capable de réaliser dans l’année.
 
Même s’il est très rapide ou que son style lui permet d’être très productif, le problème reste le même, réaliser une illustration prend du temps et quelque soit sa technique d’exécution, à un moment donné, ses revenus vont atteindre une limite infranchissable.
 

L’école ne m’a jamais appris que je n’avais pas besoin d’être la meilleure

L’école ne m’a pas jamais appris que je n’avais pas besoin d’être la meilleure de ma classe en dessin pour réussir dans l’illustration. En fait, à la sortie de l’école en 2005, c’est bien simple, je ne m’en sentais tellement pas capable, que j’ai tout simplement abandonné avant même d’avoir commencé.
 
Je dessine depuis toujours et je n’ai jamais douté une seule seconde que le dessin était ma vocation, mais la concurrence me semblait tellement rude à commencer par ma classe qui comptait de vrais « tueurs » en dessin.
 
Après 3 ans sans tenir un crayon, en 2008, j’ai rapidement retrouvé mes amours et après deux ans de tâtonnements et de travail acharné pour trouver mon style, j’ai fini par me lancer dans illustration en 2010. Bien sûr ça n’a pas été facile, j’ai dû travailler sur mes faiblesses et je continue toujours à le faire. (D’ailleurs, vous suivez mon challenge des 15 min de croquis par jour dans mes stories instagram ? #15minsketchchallenge)
 
Pour la petite histoire, certains des tueurs de ma classe de l’époque sont maintenant des petites stars de l’animation française ! Mais j’ai appris à ma grande surprise que d’autres que je considérais également comme les plus doués de ma classe avaient complètement abandonné le dessin pour faire autre chose tandis ce que moi j’avais réussi à percer dans l’illustration.
 
 
Avec le temps, j’ai appris à :
– Être plus visible en ligne
– Utiliser les réseaux sociaux pour gagner de nouveaux clients
– Tenir un blog
– Définir ma cible et pour quel type de clients et sur quels projets j’ai envie de travailler
– Démarcher des clients et les fidéliser
– Diversifier mes sources de revenus
 
Tout ce que l’école ne m’a pas appris, j’ai dû le découvrir par moi-même de la plus dure des façons en faisant des erreurs et en expérimentant. Aujourd’hui je suis fière de compter parmi mes clients L’Oréal, Les Galeries Lafayette, Nina Ricci, Le Trianon de Versailles, etc…
 
Je partage tout ce que m’a appris mon parcours d’illustratrice dans mon ebook intitulé « ILLUSTRATION, MODE D’EMPLOI : Le Guide pour Percer et Vivre de Sa Passion » !

 

Comment (14)

Caroline

30 octobre 2017 Reply

Je suis illustratrice depuis quelques années (2014), mais j'ai vraiment décidé de me lancer (sans filet) en 2018. Et ton blog est d'une grande aide ! alors je voulais te remercier pour ça !
Je ne suis pas encore trop sûre de moi, j'espère y arriver.

à bientôt

Caroline

elodie_2016

4 novembre 2017 Reply

Merci pour ton commentaire Caroline :) Je te souhaite beaucoup de succès dans ta nouvelle vie d'illustratrice sans filet ! Contente que tu aies trouvé de l'aide sur mon blog :)

Emilie

6 novembre 2017 Reply

J’ai toujours aimé ton travail! Utilisant l’image sensuelle de la femme avec sensibilité ! Tout comme toi j’ai fais des études dans les arts, j’espère un jour vivre tout comme toi de mon art... ce serait un rêve. Je trouve que ton travail de ton ebook sur « comment devenir illustrateur » avec ton vécu est une super idée. J’ai lu quelques articles en soit et je me reconnais un peu en toi. J’ai toujours aimé dessiner la femme de manière plus ou moins réaliste, l’art nouveau représente bien mon engouement pour la figure féminine. Durant mon parcours d’art mes professeurs m’ont faut comprendre que mes goûts illustratifs n’étaient pas les mêmes qu’eux. A la clef plus de 4 années a ne pas dessiner alors que quand j’étais petite je ne faisais que de dessiner. J’ai été bloqué, frustré de faire des dessins aussi simplet dans le contenu. Je crois que je me sens nulle. Mais bref tout ça pour dire que quand je lis tes articles cela me donne le courage de redessiner, de repartir sur des bases. Alors merci pour tes articles sui sont utiles pour moi comme pour tant d’autres personnes.

    elodie_2016

    7 novembre 2017 Reply

    Arf oui je connais ce sentiment de frustration et de blocage ! Mais crois-moi ce sont des constructions mentales que l'on peut très bien dépasser si l'envie et la passion sont là ! Je ne peux que t'encourager à suivre tes rêves ! :)

Véronique Bernhard

7 juin 2018 Reply

Bonjour Élodie, tout d'abord merci pour ton blog. Je me lance dans l'illustration à 40ans, j'ose croire qu'il n'est jamais trop tard pour vivre de sa passion, mais j'ai du coup pas mal de boulot pour rattraper mon retard. J'ai lu tous tes articles et j'ai hâte de lire ton livre. Je me suis inscrite au concours, mais si jamais je n'ai pas la chance de gagner, sais tu déjà uand et comment ton e-book sera disponible ?
Merci pour tout,
Veronique

    elodie_2016

    7 juin 2018 Reply

    Bonjour Véronique, je crois comme toi qu'il n'y a pas d'âge pour commencer tant que la passion et la persévérance sont là ! ;)
    En fait l'ebook est déjà disponible :) Tu le trouveras en cliquant ici :http://www.elodie-illustrations.net/illustrator-tips/illustration-mode-demploi-lebook-sort-aujourdhui-2/

Audrey

7 juin 2018 Reply

Je suis en fin d'étude d'art et je rêve de devenir illustratrice, ton blog est vraiment géniale!
Souvent les gens sont négatif sur les métiers d'art s'est difficile de se lancer mais ton blog me redonne l'envie.
Alors merci! :)

    elodie_2016

    7 juin 2018 Reply

    Merci pour ton petit commentaire ! Je suis ravie de te redonner l'espoir il faut croire en soi et foncer sans écouter les avis néagtifs !!! ;)

Sarah

19 juin 2018 Reply

Bonjour Élodie,

Je te suis depuis quelques mois maintenant grâce à ta newsletter. J'aime beaucoup tes articles, ils sont hyper pertinents! Je dois dire que même après 7 ans en tant que design graphique et illustratrice freelance, j'ai encore beaucoup à apprendre et parfois ça fait du bien de voir et connaître de nouveaux collègues qui partagent avec passion leur métier comme tu le fais si bien (qui n'est pas toujours rose). Merci!

    elodie_2016

    19 juin 2018 Reply

    Merci à toi, ton petit mot me touche énormément, je suis heureuse de pouvoir être utile et j'ai hâte de trouver le temps d'écrire de nouveaux articles d'ailleurs ;).

marine pistillo

10 janvier 2019 Reply

Bonjour Elodie, jai découvert ton blog et il m'apporte beaucoup en ce moment. Je me remet en question sur mon activité de freelance graphiste. Avant d'acheter ton livre je voulais savoir si dedans il y a toutes les clés sur le référencement, le recherche client, se vendre etc .. merci a toi continue comme ca j'adore

    elodie_2016

    10 janvier 2019 Reply

    Bonjour, oui dans mon ebook j'aborde précisément le sujet du référencement, du SEO, la stratégie pour aborder les clients (avec des exemples de mails), etc. Si tu veux un aperçu tu peux télécharger gratuitement le premier chapitre sur la page de vente de l'ebook ici : http://www.elodie-illustrations.net/illustrator-tips/illustration-mode-demploi/

    Tu y trouveras également beaucoup de réponses aux questions fréquemment posées, mais si tu en as d'autres n'hésite pas :)

clémentine

11 janvier 2019 Reply

Je me retrouve un peu dans ton article quand tu expliques qu'après l'école tu as mis 2 ans avant de retoucher un crayon. J'ai mis 8 ans. Les professeurs m'ont toujours rabaissés face à d'autres qui aujourd'hui ne vivent pas du tout du dessin finalement. Je doute sans arrêt mais ton site m'a beaucoup aidé pour me booster. Alors un grand merci !!!!

    elodie_2016

    11 janvier 2019 Reply

    8 ans oh non ! C'est terrible ce que le regard négatif des gens peut avoir comme effet sur un vie ou une carrière... J'espère qu'aujourd'hui tu n'écoutes plus les opinions extérieures et que tu crois davantage en toi ! Tu le mérites ! ;)

Laisser un commentaire